Personnaliser la formation. Réellement.

L’époque de la formation entendue comme leçon en salle touche désormais à sa fin. Entendons-nous bien : ce n’est pas que l’activité en salle ne doit plus exister, au contraire. Mais elle ne doit plus être considérée comme L’instrument de la formation : c’est seulement un des nombreux canaux et objets que les personnes peuvent utiliser pour apprendre ce qui est fonctionnel à leur développement professionnel et personnel dans un panorama de formation personnalisée.

Ce que les personnes souhaitent aujourd’hui c’est une formation qui soit utile immédiatement, centrée sur des thèmes précis et compatible avec les rythmes quotidiens. Elles veulent une formation adaptée à leurs besoins individuels : exactement comme le prévoit la méthodologie de l’adaptive learning.

La technologie numérique rend possible son application de manière très précise et efficace. Nous pouvons calibrer le niveau d’approfondissement des contenus en fonction des rôles spécifiques de chaque étudiant. Dans une entrepsie, en effet, certaines personnes doivent avoir une connaissance approfondie de beaucoup d’arguments, comme un spécialiste. D’autres ont seulement besoin de quelques notions, juste pour savoir qu’il existe ce problème et à qui s’adresser en cas de besoin.

Obliger aussi ces personnes à une étude approfondie qui n’aura pas d’applications opérationnelles est une perte de temps, d’argent et de motivation.

Personnaliser le type de contenu selon la fonction et le rôle et donc selon le besoin pratique effectif est un des bénéfices innovants de l’adaptive learning digitale.

Il y en plus la possibilité de mettre l’étudiant dans la condition de se dédier à l’apprentissage dans les moments les plus opportuns, en dédiant du temps et de l’attention uniquement aux contenus nécessaires, grâce à la capacité du logiciel de calibrer opportunément la présentation du matériel.

L’organisation d’un programme de ce type prévoit un certain travail pour organiser le contenu. La prestation, par contre, est très légère : distribuée dans un arc de temps selon son gré, où les moments d’utilisation sont librement choisis par les étudiants. Le système fournit un rapport permettant de suivre en temps réel les activités d’apprentissage.

Les principes et la théorie à la base de l’adaptive learning ne sont pas une nouveauté absolue. La nouveauté réside dans le fait que la numérisation permet une application accomplie et efficace de ces principes. Maintenant que la technologie existe, les êtres humains doivent mettre au point les méthodes et les processus les plus adaptés pour prendre cette nouvelle et précieuse opportunité de formation personnalisée. C’est justement cela lorsque nous disons que chez APPrendere nous transformons la manière d’apprendre dans les organisations.

Le chiffre d’affaires global de l’e-learning

L’e-learning est-il un remède temporaire pour les périodes de pandémie ? Est-ce une chose en plus pour accompagner la formation traditionnelle en salle ? Une mode ? Les chiffres et le chiffre d’affaires disent que non, ce n’est rien de tout cela : l’e-learning existait déjà avant le Covid, grandissait de manière exponentielle depuis au moins vingt ans et est là pour continuer à grandir et s’affirmer définitivement.

Le journal spécialisé e-Learning Journal, selon les contenus d’une étude de la société irlandaise Research and Markets, remarque que toutes les réalités – des entreprises aux écoles, aux universités – utilisent de plus en plus le numérique dans leurs activités d’enseignement.

Selon cette étude, le marché total de l’e-learning s’attend à une croissance moyenne de 9,23% par an jusqu’en 2025.

Les analystes irlandais s’attendent qu‘en 5 ans la valeur totale de ce marché passe des actuels 187 aux 320 milliards de dollars. Le pourcentage de croissance le plus élevé se vérifiera dans la région de l’Asie spécifique (grosso modo la zone comprise entre Chine, Japon, Indonésie et Australie), tandis que le marché américain reste le plus important en termes de vente.

Quelles sont les motivations qui poussent une telle croissance de chiffre d’affaires de l’e-learning ? Tout d’abord, selon Research and Markets, la nette augmentation de la couverture de Internet dans les différences zones du monde, même les plus lointaines. D’autres éléments non moins importants concernent la diffusion de solutions basées sur le cloud et le rapport coûts-bénéfices qui favorisent nettement l’e-learning par rapport à la formation traditionnelle.

À cela s’ajoutent d’autres facteurs, tels que l’utilisation de l’intelligence artificielle et le développement de l’Internet of Things. Et l’affinement des méthodes et des techniques spécifiques de la formation numérique, qui la rendent et la rendront de plus en plus efficace.

Cette dernière, et ce qui nous suivent depuis longtemps le savent, est le levier le plus innovant et le plus stimulant. La Formation Numérique, n‘est pas seulement technologie, au contraire. Pour libérer toutes ses potentialités, elle nécessite d’une méthode et d’une conception complètement nouvelles. Et c’est pour faciliter cette transformation que nous avons créé Silverline, dont à cette page sont ouvertes les inscriptions pour l’édition de l’automne 2021.

Qu’est-ce qu’un Training Management System

Efficacité et rapidité dans l’administrattion et dans la logistique des cours : il y aussi cela parmi les avantages de la numérisation. Il nous est déjà arrivé de parler des Learning Management System et nous aurons bien sûr l’occasion d’y revenir, étant donné leur importance. Ceux-ci son des systèmes centrés sur la création et la fourniture de cours e-learning, et ne sont pas optimisés pour la gestion des salles.

Pour ce dernier aspect ont été développés des systèmes d’un autre type, qui ont un nom semblable mais une fonction totalement différente : les Training Management System (TMS). Nous en parlerons prochainement dans un webinar spécifique avec notre partenaire Training Orchestra, mais en attendant nous pouvons commencer par vous donner un premier aperçu pour comprendre de quoi il s’agit.

En extrême synthèse, nous pouvons dire que, tandis qu’un LMS sert à fournir les contenus, un TMS est conçu pour le back-office, à savoir pour l’administration et la logistique. Celui-ci aide les organisations à optimiser le flux des processus de formation en salles physiques et virtuelles, en fournissant une manière plus efficace pour gérer, tracer et vendre les activités gérées par un formateur.

Un TMS fournit un support dans les activités telles que élaborer les calendriers des sessions, attribuer les formateurs et les ressources à chaque salle, relever les coûts de manière analytique.

Les deux systèmes, TMS et LMS sont complémentaires entre eux. De cette manière, les organisations qui prévoient aussi bien des salles physiques que des instruments numériques peuvent décider d’investir dans les deux types de logiciel.

Un Learning Management System naît en ayant à l’esprit les bénéficiaires des cours : il sert à organiser les contenus, effectuer le cours et tracer les progrès accomplis.

Les fonctions d’un TMS

Le Training Management System, par contre, est conçu sur les besoins des administrateurs de la formation, tels que les training managers, les sociétés de formation, les responsables de corporate academy, les personnes de HR, etc. Un TMS s’occupe des processus de back-office, parmi lesquels par exemple :

  • Organisation de la logistique et des ressources.
  • Définition du calendrier du cours : salles virtuelles, sessions en présentiel, etc.
  • Administration automatisée et centralisation des données.
  • Confirmations d’inscription, email de relance.
  • Création de reports et business intelligence.
  • Contrôle des coûts et de la rentabilité, gestion et optimisation du budget.
  • Gestion de commandes et factures sur tout le cycle de vente, par société de formation et extended enterprise.

Nous aurons l’occasion d’approfondir en direct les caractéristiques d’un TMS et ses différences avec un LMS lors du webinar prévu pour le 29 septembre 2021. Prochainement nous publierons tous les détails : restez connectés !